Actualités

/Actualités
Actualités2017-06-17T20:28:04+01:00

Actualités

06, 03, 2019

MIPIM 2019

06, 03, 2019|

Le 13 mars 2019 à 15h, sur le stand Magnetic Bordeaux (R9), Pascal GERASIMO, Directeur Général de BMA, Président de la SAS d’aménagement Bastide Niel présentera :

« L’EcoQuartier Bastide Niel, un nouveau quartier de 35 hectares en cours de développement sur la rive droite de Bordeaux : point sur l’avancement de l’aménagement et des réalisations. »

20, 02, 2019

Exposition « Quai de Queyries » – MVRDV / Arc en Rêve

20, 02, 2019|

arc en rêve centre d’architecture poursuit le cycle d’expositions architectures d’ici consacré à des projets réalisés ici, sur le territoire de la métropole bordelaise. Les opérations choisies, de caractère remarquable, sont le résultat d’une ambition partagée entre le maître d’ouvrage et l’architecte.

La prochaine exposition d’arc en rêve architectures d’ici, placée sous le titre quai des Queyries, est consacrée à l’îlot Queyries, situé à la Bastide, rive droite de la Garonne à Bordeaux.

Pour en savoir plus 

24, 01, 2019

Ecoquartier Bastide Niel : une gestion éco-responsable et durable des sols urbains et des déchets de terrassement

24, 01, 2019|

Engagée dans la démarche Ecoquartier et volontaire pour mettre en œuvre des actions innovantes au service de l’acte de bâtir, la Société par actions simplifiée (SAS) d’aménagement Bastide Niel a souhaité mettre en œuvre une démarche opérationnelle originale pour la gestion des travaux de terrassement. Son engagement très en amont par de l’ingénierie, financé en partie par le Programme d’investissements d’avenir PIA Ecocite- ville de demain, permet de mettre en scène des experts métiers locaux dans une logique de collaboration et d’innovation constante afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre et de préserver les ressources naturelles.

A cet effet, ArcaGée, bureau d’études girondin spécialisé dans la gestion du risque environnemental auprès des industriels et aménageurs accompagne la SAS d’aménagement Bastide Niel à travers la mise en œuvre de solutions de réutilisation sur site en tranchées, des différents types de sols et matériaux identifiés et extraits sur la Zone d’aménagement concerté (ZAC) : remblais faiblement pollués, ballast, bétons concassés… Ces actions permettent une diminution significative du trafic des camions, des nuisances et de la pollution associées.

Explications de Thierry Mauboussin, superviseur et fondateur d’ArcaGée et de Tangui Le Bras, directeur opérationnel.

1. Depuis 2004, vous intervenez auprès des décideurs dans le domaine de l’industrie, de la promotion, de la construction immobilière et de l’aménagement du territoire qui s’enquièrent des risques environnementaux, sanitaires et sociaux de leurs chantiers. Comment opérez-vous ?

« ArcaGée est une société locale travaillant sous le label OpenGée « Smart and fair for the Earth » dans le domaine de l’expertise au service de la Terre.

Son compétences dans les domaines de la géomatique, des géo/hydro/phyto/sciences et de l’intelligence environnementale lui permet d’opérer dans toute la France dans les domaines suivants : dépollution des sols et des eaux, valorisation des sols urbains et des déchets et économie circulaire associée.

Depuis novembre 2017, l’agence ArcaGée de Bordeaux-Bègles est certifiée selon la norme NFX-31-620 (chapitres 1 & 2) pour le domaine A Etude, Assistance et Contrôle et le référentiel « Certification de service des prestataires dans le domaine des sites et sols pollués ». A noter que la société ArcaGée suit les prescriptions de la norme NFX31-620 depuis sa version d’origine de 2003 qui a donné naissance à l’entreprise.

Grâce à notre ingénierie et à notre approche holistique, nous conseillons aux maîtres d’ouvrages qui le souhaitent, les options environnementales possibles pour pérenniser leurs projets urbains et nous participons activement à la mise en œuvre des solutions opérationnelles optimisées financièrement et techniquement. Notre démarche s’inscrit dans une économie circulaire des matériaux et des sols urbains au sein même des sites qui nous sont confiés afin de préserver les ressources. C’est en définitive une simple question de bon sens que nous développons à partir de principes anciens. Nous allions frugalité et performance dans la construction de la ville sur la ville en minorant les effets défavorables sur les ressources, la santé humaine et le climat. Le territoire peut s’apparenter à un organisme vivant qui doit être ménagé ! On peut alors parler de respect du métabolisme territorial.

Ce n’est pas la première fois que nous intervenons sur la métropole bordelaise. Toutefois ce chantier, mené à la demande de la SAS d’Aménagement Bastide Niel constituée de Bordeaux Métropole Aménagement, Aquitanis et Domofrance, est pour nous une expérience plus complexe et plus approfondie que tout ce que nous avons pu faire auparavant. 

En 2014 par exemple, nous avons été cités en exemple par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) pour notre intervention sur la ZAC Pont Rouge à Cenon qui a fait l’objet d’un vaste chantier de dépollution mené par Aquitanis et la Communauté urbaine de Bordeaux, aujourd’hui Bordeaux Métropole. L’espace dédié aux futurs logements (trois hectares) a fait l’objet de travaux de dépollution des sols par biodégradation des hydrocarbures sur site via des biotertres. Au total 3000 m3 de terres polluées excavées ont été traitées, îlot par îlot, sur une plateforme implantée spécifiquement sur le site. Cette méthode de gestion des pollutions, bien moins nocive pour l’environnement, a permis la réutilisation au sein de la ZAC d’une partie des terres traitées et une économie budgétaire de l’ordre de 30%. 

En plus d’intervenir pour des opérateurs privés comme par exemple Kaufman & Broad qui construit actuellement le programme Riveo sur l’îlot Queyries, nous opérons sur différents chantiers de Bordeaux Métropole Aménagement depuis 2010 : accompagnement sur les projets de construction du nouveau réfectoire du lycée Daguin à Mérignac, aménagement des terrains de l’îlot Santé Navale à Bordeaux et du site de l’ancienne fourrière aux Bassins à flot, et depuis 2015 sur le site de la ZAC Bastide Niel pour lequel nous avons développé une méthodologie de valorisation différenciée des milliers de tonnes de déblais de terrassements. » 

2. La SAS d’aménagement Bastide Niel a souhaité en mettant en place ce processus innovant, faire de la ZAC Bastide Niel un chantier durable exemplaire. Comment avez-vous procédé ?

« Dès 2015 la SAS Bastide Niel nous a sollicités pour analyser les risques environnementaux, sanitaires, sociaux et financiers du site de Bastide Niel. Cette posture innovante anticipait les prescriptions des Secteurs d’information sur les sols (SIS) qui sont imposées par la loi ALUR et qui sont obligatoires dans chaque département depuis le 1er janvier 2019.

Les études que nous avons réalisées en amont du projet respectent la méthodologie nationale sur les Sites et sols pollués (SSP) portée par les ministères successifs en charge de l’environnement (actuel ministère de la Transition écologique et solidaire). Rien n’est laissé au hasard, les étapes s’enchaînent et chaque mission est calibrée.

Études documentaires des archives du site qui se compose de friches ferroviaires, industrielles et militaires, analyse du contexte, de la nature des sols et des eaux souterraines, recherche des sources potentielles de pollution… Cette première phase préparatoire nous a permis de déterminer et de dimensionner la nature et l’étendue des actions d’évaluation de la qualité des sols et des eaux à mener et de définir avec le SAS d’aménagement, une stratégie opérationnelle. Puis, dans un second temps, nous avons entrepris des investigations de terrain. A l’aide de forages et de tranchées, nous avons traversé les remblais industriels que nous avons échantillonnés puis analysés, et atteint les sols naturels, ici de l’argile, situés entre un et trois mètres de profondeur.

Dans les faits, nous avons trouvé sur les anciennes emprises ferroviaires :

  • Des remblais sableux à sablo-graveleux de couleur noire principalement, avec des variations brunes ou grises, sur une profondeur d’un mètre à 1,5 mètre, de nombreux déchets de démolitions (brique, cailloux, verre, calcaire) et des mâchefers ont été observés en mélange. Ce faciès de remblais s’est avéré plus ou moins pollué et localement non inerte.
  • De la grave ciment, principalement au droit des anciens bâtiments sur la partie nord-ouest de la friche. Une quantité importante de ballast au droit des anciennes voies ferrées.

Et sur les anciennes emprises militaires (caserne Niel) :

  • Sous la couche d’enrobé existante, majoritairement des remblais sableux à sablo-graveleux de couleur marron à beige de bonne qualité environnementale et exempts de déchet.

Suite à ces analyses, un plan de gestion a été rédigé, en lien avec les travaux d’aménagement des futures voiries et espaces publics de la ZAC. Cette étape a pour principal objectif de déterminer et de définir les meilleures solutions de gestion des pollutions en fonction de la sensibilité de l’usage prévu. Autrement dit, il s’agit de proposer un scénario de gestion permettant une parfaite maîtrise des risques sanitaires et environnementaux selon l’usage programmé, tout en optimisant le facteur économique de l’opération. Dans le cas présent, la réflexion a été portée sur une réutilisation en tranchées d’une partie des différents gisements de matériaux générés par le chantier (sols excavés, ballast, …). Ces réflexions ont été menées avec la SAS d’aménagement Bastide Niel bien en amont des travaux de terrassement et soumis aux services techniques de Bordeaux Métropole pour avis et validation préalable. La mise en œuvre de ces prescriptions est aujourd’hui contrôlée par nos soins en notre qualité d’Assistant à maîtrise d’ouvrage sur la problématique Sites et sols pollués (AMO SSP). Le coût de ces études préalables approfondies a été pris en charge par la SAS d’aménagement Bastide Niel dans le cadre des études du dossier de réalisation de la ZAC, il est toutefois largement compensé par le fait de réutiliser les matériaux sur place qui évite le transport, l’évacuation et l’apport des éventuels matériaux neufs. Une économie substantielle de temps est aussi constatée en ce qui concerne le déroulement du chantier de Voirie et réseau divers (VRD), le stock des matériaux de remblai étant concentré dans le périmètre de la ZAC. »

3. Dépollution du site et réutilisation des terres excavées au sein même du chantier… Concrètement, ça se passe comment ?

« Nous avons tout d’abord délimité une première plateforme de tri, de stockage et de transformation des matériaux qui change de place en fonction de l’évolution du chantier. Tout est mis en œuvre pour que les matériaux déjà présents soient valorisés en fonction de leurs aptitudes mécaniques et de leurs qualités environnementales.

Une plateforme accueille le ballast (lit de pierres ou de blocs sur lequel repose une voie de chemin de fer) préalablement décapé sur 40 centimètres, qui y est criblé dans un tamis motorisé. Les cailloux recueillis sont ensuite réutilisés soit comme matériaux drainants, couches de forme ou encore dans le mélange terre pierre des fosses des 1400 arbres qui seront plantés par A+R Paysagistes

La plateforme reçoit également les déchets de béton du site qui sont systématiquement triés et concassés puis réemployés en couche de forme des futures voiries.

Les remblais noirs et marron quant à eux sont exploités sur le site en tranchées, selon différents usages basés sur leur qualité environnementale et mécanique. Alors que les déblais non réutilisables sont évacués.

Cette innovation en termes de processus environnemental souhaitée par la SAS d’aménagement Bastide Niel est validée par Bordeaux Métropole. Les cinq entreprises régionales qui opèrent sur le chantier : GUINTOLI (mandataire), EHTPSIORATSOBEBO & ATLANTIC Routes, y voient une véritable montée en compétence dans leurs pratiques et une atténuation significative des nuisances pour les riverains tout en diminuant considérablement leur empreinte carbone générée par le trafic des camions si la totalité des matériaux devait quitter le site. »

10, 12, 2018

Plus de 4000 arbres et arbustes à Bastide Niel

10, 12, 2018|

Plus de 4000 arbres et arbustes à Bastide Niel

Victor Moreaud et Rémi Salles de de l’agence A+R Paysagiste. CP : Bastide Niel

L’éco-quartier Bastide Niel actuellement en construction sur la rive droite de Bordeaux accueillera 3000 arbustes & 1400 arbres en plus des arbres conservés sur les 130 000 mètres carrés d’espaces dédiés au public. Explications de Rémi Salles & Victor Moreaud de l’agence A+R Paysagiste en charge de la végétalisation du quartier.

1 – Votre agence de paysage située à Saint-Émilion a été choisie par l’agence MVRDV le concepteur de la ZAC Bastide Niel comme partenaire pour la conception des espaces publics et la végétalisation de l’ensemble du quartier. Quelle est votre approche ? 

Notre spécificité réside dans notre capacité à modifier la perception de l’échelle des sites qui nous sont confiés. Le traitement des limites des lieux, la disposition des plantations qui est réalisée en affinité avec le mobilier urbain et le revêtement du sol sont conçus et agencés de manière à orienter l’usager dans la perception de la dilatation de l’espace. Ces outils, façonnés dans une démarche créative, donnent à nos projets une nouvelle ampleur.

Nous sommes également reconnus pour notre capacité à proposer des solutions innovantes en matière de développement durable comme la réutilisation in-situ des terres excavées dans les mélanges terre-pierre propices aux plantations des arbres ou encore pour l’implication des pépinières locales.

Ces particularités nous ont permis de gagner depuis notre création en 2006, de grands concours internationaux comme celui des deux parcs urbains de 20 hectares de la ville d’Adamstown en Irlande ou encore le prix des Albums des jeunes architectes & paysagistes (Ajap) décerné par le ministère de la Culture.

En parallèle du futur éco-quartier Bastide Niel, nous intervenons actuellement sur des programmes d’aménagements paysagers d’envergure dans un nouveau quartier à Porte de la Chapelle à Paris, autour de la future gare de Vitry-sur-Seine et sur un jardin archéologique dans le Loiret.

Deux fois plus d’arbres que dans la rue Paul Camelle à Bordeaux

2 – MVRDV impose des directives rigoureuses concernant l’aménagement du quartier en souhaitant notamment l’implantation d’une végétation durable et omniprésente. Comment y avez-vous répondu ?

Plus de 4000 arbres et arbustes à Bastide Niel

En 2028, il y aura deux fois plus d’arbres dans les rues de Bastide Niel que dans la déjà très végétale rue voisine Paul Camelle.

Conformément aux souhaits de Winy Maas, l’architecte-urbaniste en charge du projet chez MVRDV, nous avons pris comme point de départ les empreintes ferroviaires et militaires déjà existantes. Il nous fallait également impérativement suivre sa volonté d’offrir aux habitants une végétation dense pour faire de Bastide Niel un quartier intime et à taille humaine, foisonnant, confortable, lumineux et vert. 

Ainsi, sur les 130 000 mètres carrés d’espaces publics qui nous sont confiés et qui seront à 85 % réservés aux piétons, nous avons choisi de conserver une cinquantaine d’arbres car ils étaient significatifs du patrimoine végétal existant et que leur état phytosanitaire le permettait; et de planter 1400 arbres & 3000 arbustes. Ils seront mis en terre progressivement, à mesure que les voiries seront réalisées, car les ségrégations traditionnelles des espaces (trottoir/chaussée, jardin particulier/jardin public), nécessaires au fonctionnement des lieux, seront dissoutes dans la composition pour une plus grande fluidité du paysage…

Ces arbres seront issus d’essences végétales caduques multiples et présenteront une diversité de formes, dimensions, feuillages, couleurs et floraisons dans l’objectif d’en pérenniser l’implantation et de créer, en plus du confort des habitants du quartier, un véritable éco-système pour les oiseaux et les insectes.

Plus de 4000 arbres et arbustes à Bastide Niel

Comparatif entre les rues de Bastide Niel et la rue Paul Camelle.

Saules, troènes, magnolias, eucalyptus, érables et féviers d’Amérique seront disposés par taille de développement et en fonction de l’espace disponible tout au long des déambulations des piétons, leur offrant ainsi une diversité de paysages, de couleurs, d’odeurs, de luminosité sur les espaces publics et façades en hiver et d’ombre en été…Un travail fin sur les îlots de fraicheurs mené par le cabinet spécialisé ECIC et le CNRS a permis de tester l’interaction des matériaux et des plantations pour améliorer le confort ressenti dans les espaces publics.

Chaque arbre, qui mesurera au départ quatre mètres, sera planté dans un espace adapté à sa croissance tout en sachant que certains pourront atteindre jusqu’à 20 mètres de haut d’ici quelques années…

De plus, des milliers d’arbustes majoritairement persistants seront également plantés afin de rafraîchir l’atmosphère des espaces publics lors de la saison estivale.

8 000 mètres carrés de parcs 3D

3 – Il est également prévu la création de 24 parcs 3D. Qu’est-ce que c’est exactement ?

Bientôt 2000 arbres & arbustes à Bastide NielLes parcs 3D sont des jardins en trois dimensions qui offriront encore plus de végétation, de confort et de diversité d’espaces aux habitants tout en favorisant la biodiversité.

Un des objectifs de ces parcs 3D, en plus d’affirmer le caractère « végétalement » innovant de Bastide Niel, est d’intensifier l’expérience volumique du quartier, y compris dans ses espaces publics paysagés.

Vingt-quatre parcs 3D disséminés dans toute la zone occuperont 8 000 mètres carrés, soit l’équivalent du quart du Jardin botanique, tout proche. Confié à des paysagistes différents ou associés à des programmes immobiliers – un des premiers sera conçu par notre agence au centre du programme du promoteur Pichet « Green Valley » – tous auront une identité à part et des usages différents avec comme points communs des parois, des sols ou des toitures végétalisés.

Ces lieux singuliers permettront d’apporter une diversité fonctionnelle et d’animation au sein du quartier : jardins, espaces pour les animaux domestiques, terrains de basket, bassins, passages piétons, aires de jeux, d’escalade, de détente ou encore de méditation, skateparks, bibliothèque… ce seront, soit des structures totalement végétalisées, soit des structures vides sur lesquelles grimperont des plantes au fil des ans, mais aussi des formes auxquelles seront accrochées des pots ou encore modelées grâce à l’art topiaire (art de la taille des végétaux).

À noter que chacun de ces parcs sera réalisé de façon indépendante sans toucher, ni prendre appui sur les constructions alentours. 

Une irrigation durable et contrôlée

Afin de minimiser le plus possible l’impact écologique & notamment le gaspillage en eau, A+R Paysagiste a choisi d’une part de planter des végétaux adaptés au climat bordelais et d’autre part de limiter l’utilisation de l’eau potable pour l’arrosage.,

Ainsi, alors que les arbres qui seront plantés dans des fosses perméables de 15 m2 et qui disposeront chacun de 24 m3 de terre végétale importée de la région bordelaise seront arrosés manuellement, jusqu’à atteindre une maturité suffisante pour être autonomes hydriquement, les arbustes disposeront d’un système d’irrigation contrôlée régulièrement par les jardiniers en charge du quartier, s’assurant que les apports en eau soient adaptés au strict nécessaire du besoin des végétaux. En complément, nous explorons les possibilités d’utilisation des eaux grises de l’unité de traitement des eaux usées de la station Louis Fargue.

Mais ce n’est pas tout ! Des essais sont actuellement en cours sur le béton qui recouvrira le sol. L’objectif ? Le rendre poreux afin que l’eau de ruissellement puisse pénétrer dans les fosses de plantations. Une emprise de 400 m2 et de quarante mètres linéaires de rue est actuellement soumise à des tests de solidité et de capacité drainante. Résultat en 2020 !

12, 11, 2018

15, 10, 2018

20, 09, 2018

Bastide Niel : tous les réseaux souterrains sont à créer

20, 09, 2018|

Bastide Niel : tous les réseaux souterrains sont à créerTrois questions à Joël Davril, directeur des travaux de la ZAC Bastide Niel à Bordeaux

Eau potable, eaux pluviales & usées, électricité, éclairage public, mais aussi réseau de chaleur urbain géothermique, installation de la fibre numérique, des bornes incendie, etc. Les travaux de viabilisation de la ZAC Bastide Niel sont en cours de réalisation depuis le 30 juin 2018 afin de pouvoir démarrer les constructions & accueillir les 3 400 logements prévus, les commerces, services, bureaux ainsi que les équipements publics et privés qui composeront ce nouveau quartier de la rive droite de Bordeaux.

1 – Réaliser des travaux de viabilisation d’un vaste projet urbain près d’un fleuve n’est pas un chantier ordinaire. Quelles en sont les particularités ?

« Il faut tout d’abord rappeler que Bastide Niel vise la reconquête de 32 hectares de friches militaires et ferroviaires, il s’agit donc de créer à partir de zéro l’ensemble des réseaux et voiries nécessaire au bon fonctionnement du quartier et aux constructions. C’est donc un chantier très complexe et de longue haleine, dont la réalisation se fera de manière séquencée. 

Un des éléments délicat concerne le réseau d’assainissement : pour créer dans les règles de l’art, le réseau d’assainissement d’un projet urbain comme celui de Bastide Niel, près d’un fleuve, il faut tenir compte de la topographie du site et des bassins-versants. Commencer par la rive pour ensuite remonter du point le plus bas, le quai de Queyries, déjà aménagé par la Métropole qui recueillera la totalité des eaux usées et de pluie, au point le plus haut, l’avenue Thiers. Dans la mesure où les réseaux extérieurs existants sont déjà en surcapacité, il y a absolument tout à créer pour couvrir les 35 hectares et les six kilomètres de rues de la ZAC.

Ce n’est pas tout, contrairement au réseau existant dit « unitaire » de Bordeaux Bastide, les eaux usées doivent être séparées des eaux pluviales. Ce réseau séparatif permettra de réguler les flux et de traiter spécifiquement les variations et la concentration des polluants, soit au final, des économies sur le traitement des eaux & sur les produits phytosanitaires utilisés. »

2 –  Les constructions qui accueilleront les logements pour les particuliers n’auront pas de local poubelle. Pouvez-vous nous en dire plus ?

« La gestion et le tri des déchets est un des grands enjeux de développement durable de ce nouveau quartier. Les habitants de la ZAC Bastide Niel ne descendront pas leurs poubelles dans un local comme c’est généralement le cas dans les immeubles collectifs, mais dans de nombreux des points d’apport volontaire (PAV) qui sont des containers enterrés. Conséquences ? :

  • Une absence d’odeurs & moins de camions poubelle,
  • Des risques d’incendie diminués,
  • Une plus grande résistance aux actes de vandalisme.

Leur nombre et leur répartition en fonction du nombre de logements, permettra de distinguer les déchets recyclables des déchets courants. Chaque habitant sera invité à y jeter séparément : les ordures ménagères, les déchets recyclables ; des points d’apports spécifiques pour le verre seront aussi installés. Économiquement avantageux et plus respectueux de l’environnement, les containers seront collectés et vidés grâce à des camions-grues.

Mais, nous souhaitons aller encore plus loin dans le recyclage et nous développerons des locaux dédiés dans des pôles de services communs qui pourront être thématiques, en lien avec les habitants qui seront accompagnés par des équipes spécialisées ou des structures associatives (deuxième vie d’objets, compost, textiles…)»

3 – Avez-vous pensé aux nuisances que ce chantier va générer pour les habitants du quartier ?

« Évidemment ! C’est la raison pour laquelle nous avons spécialement étudié et mis en place une organisation du chantier à l’intérieur de la ZAC afin de gérer la circulation et le stationnement des entreprises et de leurs ouvriers. Ainsi, un accès unique au chantier à la fin du quai de Queyries et un peu avant celui de Brazza a été réalisé afin qu’aucun camion ne circule dans le quartier sur lequel se construisent les premières réalisations comme le futur groupe scolaire Hortense, l’hôtel Eklo, le projet d’habitat participatif Bord’ha, l’ensemble immobilier GREEN VALLEY ou les Magasins généreux.

Nous avons aussi entrepris un « référé préventif avant travaux » auprès des 130 riverains, qui consiste à visiter, avec un expert désigné par le tribunal, tous les bâtiments périphériques à la ZAC et dresser avec les propriétaires un état précis de leurs bâtiments avant le démarrage des travaux, dans l’intérêt de chacun. 

Enfin, au-delà du bureau d’études avec qui nous pilotons le chantier et afin que les travaux se déroulent dans les meilleures conditions possibles, nous sommes accompagnés de spécialistes dont nous avons élargi le champ d’intervention  :

  • Un intervenant spécialisé en matière de « sécurité et de protection de la santé », le coordonnateur SPS*,
  • Ainsi qu’un OPC** dont le rôle est de faciliter l’organisation simultanée des différents chantiers de la ZAC et des opérateurs tout en garantissant le bon fonctionnement des activités en place. »

*Le coordonnateur SPS (coordonnateur en matière de sécurité et de protection de la santé, ou CSPS) intervient sur les chantiers de bâtiment ou de génie civil lorsque officient plusieurs entrepreneurs ou travailleurs indépendants.

**L’ordonnancement, le pilotage et la coordination (OPC) ont pour objet, tout au long du déroulement d’un chantier de bâtiment et travaux publics (BTP), d’organiser et d’harmoniser dans le temps et dans l’espace les tâches élémentaires d’études et de travaux ainsi que les actions des différents intervenants.

Une gestion durable des déchets de chantier

Bastide Niel : tous les réseaux souterrains sont à créerLa ZAC Bastide Niel répond à des ambitions fortes en termes de développement durable. C’est pourquoi 
la SAS d’aménagement Bastide Niel est accompagnée par la société ArcaGée qui exerce des activités de conseil et d’ingénierie dans le domaine de l’environnement, et plus spécialement dans celui des sites et sols pollués et des projets d’aménagement.

Les études menées ont permis de concevoir une méthodologie de valorisation des milliers de tonnes de déblais de chantier via le principe de réutilisation des matériaux en tranchées. Le tri par faciès lithologique (nature des roches), selon la qualité environnementale connue des sols, suite aux études menées au préalable, a permis de mettre en œuvre des actions de recyclage des matériaux.

Les solutions proposées ne se résument pas uniquement à un confinement des terres polluées mais à une approche globale multiple basée en tout premier lieu sur une analyse des risques en lien avec le projet d’aménagement :

  • Confinement sous les voiries du site des déblais faiblement pollués,
  • Valorisation sur site et en tranchées du ballast et des déblais pas ou peu pollués,
  • Evacuation & valorisation hors site des déblais non-réutilisables.

Cette initiative environnementale imposée par la SAS Bastide Niel aux cinq entreprises de la région qui opèrent sur le chantier, Guintoli (mandataire)EhtpSioratSodebo & Atlantic route, permet de diminuer de façon significative les nuisances & la pollution générée par le trafic des camions si les matériaux quittaient le site (faible empreinte carbone et économies d’énergie et de coûts), mais aussi & surtout d’inscrire la ZAC Bastide Niel dans une démarche durable & environnementale qui préserve les ressources naturelles.

Visitez Bastide Niel avec Bordeaux Visio Commerce !

04, 09, 2018|

Bordeaux Visio Commerce : jeudi 4 octobre 2018, la CCI de Bordeaux Gironde invite les développeurs d’enseignes, & les commerçants à découvrir les nouvelles opportunités d’implantations commerciales sur la Métropole.

Au programme ?

  • 9h00 – 11h00 : Présentation de l’offre commerciale et des projets du territoire
    • Présentation des éléments clés sur l’attractivité de la métropole bordelaise,
    • Point sur les projets de connexion de la métropole (tramway, BHNS, franchissement de la Garonne),
    • Éléments sur l’offre commerciale de la métropole,- Présentation des opportunités commerciales du Libournais

    11h00 – 12h30 : visite du centre ville de Bordeaux

    • Le plateau piéton
    • le centre commercial Mériadeck

    12h30 – 14h00 : Cocktail déjeunatoire

    14h00 – 17h00 : Visite des quartiers en projet

    • Euratlantique : visite de la Halle Boca en avant-première, maison de projet Belvédère et simulation 3D
    • Bastide Niel par Bordeaux Métropole – aménagement en réalité virtuelle
    • Halle aux Bassins à flot

Journée gratuite d’information sur inscriptionLes déplacements sur les sites et le déjeuner sont pris en charge par les organisateurs.

Si vous aussi, vous souhaitez implanter votre activité dans le futur quartier Bastide Niel, cliquez-ici !

Visitez Bastide Niel avec Bordeaux Visio Commerce !

03, 08, 2018

Logement : la mixité sociale au cœur des ambitions de Bastide Niel

03, 08, 2018|

D’ici 2028, la programmation de l’écoquartier Bastide Niel situé sur la rive droite de Bordeaux proposera plus d’un tiers des 3400 logements à des loyers conventionnés. Plus d’explications avec Domofrance & Aquitanis, les principaux bailleurs sociaux partenaires du projet.

Trois questions à Adrien Gros, directeur de l’aménagement urbain chez Aquitanis, Office public de l’habitat de Bordeaux Métropole.

Logement : la mixité sociale au cœur des ambitions de Bastide Niel 1. Pour quelles raisons Aquitanis a-t-il souhaité intégrer la SAS d’aménagement Bastide Niel (voir encadré) ?

« Aménageur public depuis 20 ans sur le périmètre de Bordeaux Métropole (ZAC de Pessac centre-ville, ZAC de Cenon Pont Rouge, Zac de la mairie de Bègles) Aquitanis a souhaité répondre à la consultation lancée en 2010 par la métropole sur l’aménagement de la ZAC Bastide Niel. L’échelle du projet et la nécessaire complémentarité des approches nous ont amenées à répondre à la proposition de BMA de constituer un groupement avec Domofrance afin de porter une candidature singulière en associant nos compétences, dans l’objectif de bien ancrée le logement social sur la rive droite. Au cœur du groupement, au-delà de nos missions respectives, nous avons à cœur de transcrire, à Bastide Niel, notre approche sociétale et environnementale engagée. Celle-ci a été reconnue exemplaire dans la norme ISO 26000 jugeant de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). »

2. Quel est le rôle, la mission d’Aquitanis dans l’aménagement de la ZAC Bastide Niel ?

« Nous travaillons de concours avec Bordeaux Métropole Aménagement qui coordonne la ZAC & aménage les espaces publics mais aussi les projets de développement économique et le stationnement. Notre rôle est d’attribuer à des opérateurs & de suivre la construction des logements, voire d’en réaliser nous-mêmes. Sur la ZAC, nous portons différentes ambitions :

  • S’approprier les directives imposées par le ministère de la Cohésion des Territoires pour l’obtention du label EcoQuartier, en « décarbonant » la construction, en lésant le béton au profit de matériaux biosourcés, naturels ;
  • Amener les promoteurs dans ce marché florissant de l’immobilier à investir sur des programmes alternatifs pour le quartier et permettant de loger le plus grand nombre.
  • Favoriser au maximum les entreprises locales de BTP capables d’intervenir sur de gros projets tel que celui de Bastide Niel tout en favorisant l’emploi local grâce notamment à des chantiers d’insertion dans le cadre du Plan local pluriannuel pour l’insertion et l’emploi (PLIE) qui concerne le quartier de la Benauge notamment. »

3. Des logements sont-ils actuellement en construction ou à l’étude ?

« Oui. Un îlot, le B031, confié au promoteur BDP Marignan à la suite d’une consultation pilotée par nos soins, est actuellement en construction. Sur les 100 logements qui y sont prévus, il y aura 35 logements sociaux offerts à la location par Aquitanis. Mais ce n’est pas tout. Ce futur ensemble sera remarquable car il abritera également une ferme urbaine. D’autres îlots confiés à notre filiale Axanis, maitre d’ouvrage de la Ruche à Bègles, sont actuellement à l’étude. Nous pensons y réaliser des logements dits participatifs ou encore coopératifs. Ils seront tous ouverts à l’accession sociale ou abordables à la propriété. »

*La RSE (Responsabilité sociale des entreprises) regroupe l’ensemble des pratiques mises en place par les entreprises dans le but de respecter les principes du développement durable (social, environnemental et économique).

Trois questions à Peggy Martinage, directrice de l’activité Développement et Aménagement chez Domofrance, aménageur, promoteur constructeur et bailleur social.

Logement : la mixité sociale au cœur des ambitions de Bastide Niel 1. Pour quelles raisons Domofrance a-t-il souhaité intégrer la SAS Bastide Niel ?

« Acteur majeur de l’habitat social en Aquitaine et filiale du groupe Action Logement Immobilier, Domofrance a souhaité mettre au service de Bordeaux Métropole toute son expertise d’aménageur pour la réalisation de ce nouvel écoquartier Bastide-Niel. En effet, nous disposons de nombreuses compétences (ingénierie des projets complexes, équipes expérimentées et pluridisciplinaires, expertise environnementale / juridique / financière) nécessaires pour concevoir, organiser et assurer des opérations d’aménagement urbain de grande ampleur.

Les enjeux complexes de ce renouvellement d’un quartier entier de Bordeaux, pour une surface prévisionnelle construite de plus de 355 000 m² de surface de plancher, impliquaient une diversité des compétences et un investissement sans faille qui nous ont rapprochés de BMA et Aquitanis au sein de la SAS Bastide Niel pour permettre ainsi de rendre ce projet ambitieux réel et concret.

2. Quel est le rôle et la mission de Domofrance dans l’aménagement de la ZAC ?

« En partenariat avec BMA et Aquitanis, Domofrance participe à la mise en œuvre de la stratégie du projet. Par ailleurs, Domofrance opère les consultations pour les îlots qui seront cédés par la SAS à des opérateurs en garantissant la mixité fonctionnelle et spatiale de la zone d’aménagement concertée. L’idée est de créer un quartier harmonieux et agréable à vivre pour ses habitants. Les services et les commerces de proximité, non seulement participent à l’activité économique du quartier mais apportent également une véritable plus-value à la qualité de vie des résidents, tout en favorisant le lien social.

Domofrance assiste également la SAS pour la mise en œuvre de mesures d’accompagnement social et mène des opérations en maîtrise d’ouvrage directe aussi bien pour le logement locatif social que pour l’accession sociale, via sa marque Exterra.

Enfin, dans le cadre de sa stratégie patrimoniale et de sa certification ISO 50001, Domofrance portera aussi un regard attentif sur l’optimisation énergétique des logements en apportant son expérience dans le domaine. En effet, avoir requalifié le quartier Arago à Pessac en écoquartier, puis avoir aménagé l’écoquartier Terre Sud à Bègles et enfin avoir construit 140 logements sociaux locatifs au sein de l’écoquartier des Portes du Pyla à la Teste de Buch, Bastide-Niel sera le 4ème écoquartier sur lequel Domofrance interviendra en Nouvelle-Aquitaine.

Toutes ces missions se faisant en partenariat avec nos associés, sous le regard de l’architecte urbaniste, Winy Maas et en concertation avec les élus et la population. »

3. Des logements sont-ils actuellement à l’étude ou en construction ?

Domofrance a actuellement trois dossiers à l’étude en maîtrise d’ouvrage directe en locatif social représentant environ 180 logements avec trois cabinets d’architectes différents. Les permis respectifs seront déposés en fin d’année 2018 et sept logements en accession sociale devraient être mis en commercialisation prochainement.

Plusieurs dossiers managés par Domofrance ont déjà été étudiés par  des promoteurs privés, ce qui représente environ 80 logements et des consultations pour d’autres îlots devraient être lancés en fin d’année.

Logement social à Bastide Niel : les chiffres clefs

Sur les 35 hectares composant le futur écoquartier Bastide Niel, le programme de construction prévoit l’édification de 3400 logements, 22 500 m2 de commerces. La ZAC Bastide Niel fait également la part belle aux équipements publics avec deux groupes scolaires, un gymnase et un espace sportif de plein air. La répartition des logements s’inscrit dans le cadre des équilibres programmatiques retenus par Bordeaux Métropole et dans la politique de l’habitat de la ville de Bordeaux.

Ainsi, 55 % des logements seront sociaux ou aidés dont :

  • 35 % qui seront ouverts aux dispositifs de financement classique du logement social (PLUS/PLAI)
  • 10 % qui seront accessibles au Prêt locatif social (PLS) & attribués aux familles dont les revenus sont trop élevés pour pouvoir accéder aux locations HLM ordinaires, mais trop bas pour pouvoir se loger dans le secteur privé.
  • 10 % qui seront dédiés à l’accession abordable ou sociale à la propriété, soit à un coût inférieur aux prix du marché. Cette forme d’accession est assurée par un partenariat entre les promoteurs et la collectivité ou avec l’intervention d’acteurs de l’immobilier spécialisé sur ce créneau afin de garantir un prix de commercialisation maîtrisé.

Enfin,  moins de la moitié des logements restant seront donc libres.

La ZAC Bastide Niel ambitionne de répondre aux besoins de tous les segments de la société (jeunes ménages, personnes âgées, familles nombreuses). Dans cette optique les co-aménageurs (BMA, Aquitanis, Domofrance) garantissent par le biais du règlement de ZAC une diversité de typologies avec les objectifs suivants :

  • 40 % de T1/T2 ;
  • 35 % de T3 ;
  • 25 % de T4/T5 dont 5% de T5

Qu’est-ce que la Société par actions simplifiée (SAS) d’aménagement Bastide Niel ?

En juillet 2014, Bordeaux Métropole a confié, après mise en concurrence, la réalisation de la Zone d’aménagement concerté (ZAC) Bastide Niel au groupement constitué de Bordeaux Métropole Aménagement (mandataire), Domofrance et Aquitanis afin : « d’assurer la maîtrise d’ouvrage et de réaliser les travaux et équipements d’infrastructure et de superstructure ; de réaliser le programme de construction selon le phasage convenu avec l’ex Communauté urbaine de Bordeaux ; de mettre en œuvre une stratégie de promotion et de communication efficace et appropriée sur le projet urbain ».

Le groupement s’est constitué en une SAS, spécifiquement dédiée à l’opération Bastide Niel et dotée d’un capital social de 2 millions d’euros réparti ainsi : BMA, président 51 % ; Aquitanis, associé 24,5 % ; Domofrance, associé 24,5 %.

19, 07, 2018

#4 L’Association Bord’ha présente son projet d’habitat participatif

19, 07, 2018|

#4 L'Association Bord'ha présente son projet d'habitat participatif

Crédit photo : Hobo Architecture.

Le projet d’habitat participatif Bord’ha à Bastide Niel est mené et financé par 5 familles qui réhabilitent et surélèvent un bâtiment existant sur l’avenue Thiers : entre logements, bureaux et espaces partagés.

A l’intiative de Frederik Dain et Philippe Laville, le projet Bord’ha voit le jour en juillet 2012 et regroupe cinq ménages de 30 à 60 ans et une agence d’architecture pour la construction d’un immeuble mixte bureaux logements en mode collaboratif ouvert.

Implanté à l’intérieur de l’ancien économat de la gare d’Orléans, ce projet accueillera l’agence Hobo architecture, ainsi que six logements, dont un appartement social.

Il proposera des lieux professionnels ouverts sur la ville, des lieux partagés et des logements sur mesure car les habitants se retrouvent au coeur de l’acte de construire.

Explications de Philippe Laville, président de l’association Bord’ha et de Frédéric Daim, architecte de l’agence Hobo Architecture.

28, 06, 2018

Les Jeudis by SandSpot

28, 06, 2018|

SandSpot a le plaisir de vous transmettre la carte postale du Jeudi 21 Juin 2018.

Une magnifique journée sous le soleil, les pieds dans le sable, pour célébrer l’été et la musique !

A ceux qui n’ont pas pu partager ce beau moment à leurs côtés,

retrouvez-les Jeudi 28 Juin pour une nouvelle édition des « Jeudis by SandSpot » à Saint Jean d’Illac

Bastide Niel : découvrez la démarche ÉcoCité

26, 06, 2018|

La démarche ÉcoCité propose aux métropoles et grandes agglomérations volontaires un accompagnement de l’État pour encourager la mise en œuvre de stratégies territoriales ambitieuses qui intègrent l’ensemble des politiques sectorielles du développement durable.

Face aux enjeux du changement climatique et aux défis du soutien à la croissance et à l’attractivité des villes, l’État encourage la transition écologique des collectivités locales.

L’action « Ville de demain »

Depuis 2008, la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature anime la démarche et le réseau ÉcoCité pour favoriser les retours d’expériences dans le cadre de rencontres nationales et d’ateliers d’approfondissement. L’explorateur écocités, nouvelle plateforme de communication dédiée aux ÉcoCités, participe de cette dynamique de capitalisation, valorisation et diffusion des expérimentations.

Depuis 2010, les actions les plus innovantes bénéficient du soutien financier de l’action « Ville de demain » des investissements d’avenir, coordonnée par le Commissariat général à l’investissement et gérée par la caisse des Dépôts.

Le Programme d’investissements d’avenir, piloté par le Commissariat général à l’investissement, consacre 668 millions d’euros à l’action « Ville de demain » gérée par la Caisse des dépôts. « Ville de demain » favorise l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir, construire et gérer la ville dans le cadre de la démarche ÉcoCité.

Grâce à « Ville de demain », l’Etat accompagne, depuis 2010, des projets urbains intégrés, exemplaires en termes d’excellence environnementale et d’innovation, portés par des acteurs publics ou privés, dans des métropoles ou des grandes agglomérations. L’objectif de cette démarche partenariale est de développer des villes attractives et résilientes qui préservent l’environnement, la cohésion sociale et la qualité de vie de leurs habitants.

Le Programme « Ville de demain » est mis en œuvre en deux tranches.

  • La première, entre 2010 et 2014, a permis de sélectionner des projets innovants et écologiques portés par 19 grandes villes françaises qui ont rejoint la démarche EcoCité.
  • La seconde tranche entre 2015 et 2020, dotée de 320 millions d’euros (160 millions pour les subventions, 5 millions pour le fonds d’amorçage et 110 millions pour les prises de participation), s’inscrit dans la continuité de la première en ouvrant l’éligibilité des financements à toutes les métropoles, en cohérence avec la loi n° 2014-58 du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles ainsi qu’aux start-up et entreprises qui innovent dans les domaines de la ville durable.

Ce sont désormais 31 territoires, dont 13 franciliens, qui sont intégrés à la démarche ÉcoCité et bénéficient à ce titre de l’accompagnement de l’État et du soutien financier du Programme « Ville de demain ».

Plus d’informations sur la démarche EcoCité de Bastide Niel en cliquant ici.

Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logements

11, 06, 2018|

Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logementsTrois questions à Christophe Raymond, directeur de la société Plaine de Garonne Énergies, filiale d’Engie en charge du futur réseau de chaleur urbain sur la rive droite de Bordeaux (Brazza, Bastide Niel, Garonne-Eiffel & la ZAC des quais).

1— Il y a déjà plusieurs réseaux de chaleur urbains alimentés par la géothermie dans la métropole bordelaise (voir encadré), pour quelles raisons celui qui sera installé sur la rive droite de Bordeaux sera différent ?

« Le futur réseau de chaleur alimenté par la géothermie qui desservira Brazza, les ZAC Bastide Niel, Garonne-Eiffel & des Quais, est unique dans la mesure où c’est la première fois en Nouvelle Aquitaine que nous allons chercher de l’eau à 1700 mètres (période géologique du Jurassique) sous terre. À cette profondeur, l’eau est à 70 °C. Pour l’instant, nous ne savons pas si la quantité d’eau sera suffisante pour alimenter toute la zone, c’est pourquoi nous allons démarrer un forage géothermique exploratoire au printemps 2019 qui devrait s’achever fin 2019 à condition que tous les acteurs du projet & les services de proximité s’unissent dans cette vertueuse aventure durable & écologique. Le puits d’aspiration se trouvera rue du Commandant Cousteau & le puits de réinjection sera situé rue Charles Chaigneau à Brazza. Le but étant de faire passer cette eau au travers d’échangeurs pour capter les calories (la chaleur) via une centrale de production qui jouxtera le puits d’aspiration. »

2— Et que se passera-t-il si vous ne trouvez pas suffisamment d’eau à -1700 mètres ?

« Si nous ne trouvons pas d’eau à -1700 mètres, nous nous replierons à -900 mètres (période géologique du Crétacé) où nous sommes certains de trouver de l’eau à environ 50 °C en quantité nécessaire comme c’est déjà le cas dans le quartier Mériadeck à Bordeaux ou encore le quartier Saige à Pessac et la base aérienne 106 à Mérignac qui sont déjà alimentés par la géothermie. Néanmoins, si nous découvrons que la nappe jurassique est suffisamment dense, les coûts de raccordement demandés aux abonnés seront inférieurs à ceux induits par une eau moins chaude, c’est là tout l’objectif de cette exploration. Un tarif ultra-compétitif sur la facture ! Même si l’énergie trouvée à -900 mètres permettra de toute manière à l’usager de maitriser sa facture, car le principe de ce réseau de chaleur et de garantir la stabilité du coût de l’abonnement pour les 30 prochaines années… En effet, le prix de cette énergie renouvelable sera indépendant de l’évolution du prix des énergies fossiles. Sans oublier non plus que la TVA s’élèvera seulement à 5,5 % sur le coût énergétique global. »

3— Qui sera raccordé à ce réseau de chaleur ? Qui pourra l’être ?

« Ce réseau de chaleur est destiné à alimenter des ensembles neufs tertiaires, ou résidentiels de ces quartiers en devenir, ainsi que le chauffage collectif de certains bâtiments de logements existants dans le quartier de la Benauge notamment. Alimenter des logements individuels est techniquement impossible. Pour eux, il faudrait recréer entièrement leur système de chauffage existant. Pour desservir chaque logement, il faudrait réaliser un second réseau impliquant des travaux pharaoniques & y installer à chaque fois, des sous-stations qui transformeront la puissance de l’eau qui circule entre 30 & 50 kilowatts vers une puissance supportée par un réseau individuel, c’est à dire comprise entre 5 & 20 kilowatts. Et contrairement aux aménagements du réseau de chaleur Plaine de Garonne Energies qui sont supportés par des fonds publics & Engie, tous les aménagements individuels sont à la charge du particulier… Néanmoins, j’insiste sur le fait que cette énergie locale et renouvelable permettra d’économiser 19 000 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent des émissions de 12 000 véhicules sur la métropole. Ce qui profitera à l’ensemble de la population…

Réseau de chaleur Plaine de Garonne Énergies : pourquoi ? Comment ? Quand ?

Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logementsIl y a actuellement neuf réseaux de chaleur à Bordeaux Métropole tous alimentés par une énergie renouvelable (bois-énergie, géothermie, chaleur récupérée sur l’incinération des déchets, etc.). Après le quartier Mériadeck à Bordeaux, le réseau de Lormont Hauts de Garonne ou encore le quartier Saige à Pessac et la base aérienne 106 à Mérignac, quatre projets urbains en cours de construction sur la rive droite de Bordeaux (Brazza, Bastide Niel, Garonne-Eiffel & la ZAC des quais) auront eux aussi dès 2019 un réseau de chaleur écologique prévu dans le cadre d’une délégation de service public de 30 ans. Son Nom ? Plaine de Garonne Énergies. L’objectif ? 80 % des besoins énergétiques seront couverts par la géothermie. Le gaz naturel au biométhane qui est également une énergie renouvelable viendra en appoint lors des pics hivernaux.

1. La chaufferie : la chaleur sera produite dans des installations technologiques puissantes qui fonctionneront 24 heures sur 24 de manière industrielle.

2. Le réseau : l’eau chaude sera acheminée vers les usagers abonnés par un réseau souterrain de canalisations isolées (voir le tracé du réseau ici). Après avoir échangé sa chaleur, l’eau retourne vers l’installation de production de chaleur pour être à nouveau chauffée :

  • Le réseau primaire transporte la chaleur de la centrale de production jusqu’aux postes de livraison des bâtiments ;
  • Le réseau secondaire interne aux bâtiments permettra de distribuer le chauffage & l’eau chaude sanitaire dans chaque logement.

3. Les sous-stations : silencieux & sécurisés, les points de livraison seront situés aux pieds des bâtiments & auront pour fonction de :

  • Transformer la chaleur du réseau primaire en chaleur domestique & en eau chaude sanitaire celui du réseau secondaire ;
  • Adapter la fourniture d’énergie (quantité & température) aux besoins des utilisateurs ;
  • Enregistrer par comptage les consommations d’énergie qui seront consultables sur PC, smartphone & tablette.

Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logements

Réseau de chaleur Plaine de Garonne Energies : Qui paye quoi ?

La réalisation du réseau de chaleur Plaine de Garonne Énergies est financièrement prise en charge par Engie à hauteur de 43 millions d’euros dont le tiers est subventionné par le Fonds européen de développement régional (Feder), l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) & la Région Nouvelle Aquitaine. Dans ce projet, Bordeaux Métropole a le rôle de déléguant dans le cadre d’une délégation de Service public.

Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logements

Réseau de chaleur Plaine de Garonne Energies : quelles conditions tarifaires de raccordement ?

Le tarif de la chaleur pour l’usager dépendra de la phase du projet & des conditions de réalisation & d’exploitation. Le tarif sera composé (voir tableau ci-dessous) :

  • D’un élément R1, c’est-à-dire que le consommateur réglera sa consommation personnelle.
  • D’un élément R2, soit un abonnement fixe.

Dans les deux cas, les frais de maintenance & le renouvellement des équipements sont compris.

Le prix dépendra du profil de chaque bâtiment raccordé. Deux valeurs sont donc indiquées valant pour des ratios de fonctionnement à pleine puissance de 1000 heures & 2000 heures.

Les tarifs présentés sont basés sur un montant de 240 euros HT/kW de puissance souscrite sur le réseau de chaleur pour les bâtiments neufs, notamment pour les projets urbains Brazza, Bastide Niel & Garonne-Eiffel. À titre d’exemple :

  • 100 kW de puissance souscrite : 24 000 euros HT ;
  • 300 kW de puissance souscrite : 72 000 euros HT.
Bordeaux rive droite : le futur réseau de chaleur durable desservira 28 000 logements

La valeur des tarifs date de mai 2016.

En clair, le tarif moyen du mégawatt sera en moyenne de 60 euros TTC là où le gaz qui est généralement utilisé dans des structures collectives est à 75 euros TTC.

Sans oublier que le prix des énergies renouvelables est indépendant de l’évolution du prix des énergies fossiles qui sont assujetties à la Taxe intérieure de consommation pour le gaz (TICGN), à la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ou encore à la TVA qui est à l’heure actuelle à 20 % contre 5 % pour les énergies renouvelables. Enfin, les nouvelles taxes énergétiques envisagées par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot laisse entrevoir de nouvelles augmentations des tarifs des énergies fossiles.

Pour info, le coût moyen d’un mégawatt issu de l’énergie nucléaire pour un consommateur domestique en France est compris entre 130 et 150 euros TTC. Ce coût moyen incorpore la Contribution au service public de l’électricité (CSPE), la Taxe sur la consommation finale d’électricité (TCFE), le coût d’acheminement et la TVA de 20 % sur l’électricité.

Pour plus de renseignements, vous pouvez :

28, 05, 2018

Comment est née l’idée d’une ferme urbaine à Bastide Niel ?

28, 05, 2018|

Ecouter l’Interview d’Adrien Gros, Directeur de l’aménagement urbain à Aquitanis et Michel Gaidot, Directeur régional de BPD Marignan

Découverte de la futur « Ferme urbaine » et de l’Ilot B031 de Bastide Niel

27, 05, 2018|

Ecouter l’Interview de Jean Christophe Masnada, Agence d’Architecture King Kong

Farmhouse Niel

25, 05, 2018|

Dans le cadre de la consultation sur le B031 de la ZAC Bastide Niel, BPD Marignan Bordeaux à fait appel à la société Sous les Fraises pour développer un concept de ferme urbain innovante.

Suite à une présentation du projet Farmhouse Niel au Jardin Botanique de Bordeaux, une lettre d’engagement a été signée entre BDP Marignan et Sous les Fraises pour concrétiser leurs ambitions dans la réalisation de ce projet.

La ferme urbaine, à vocation commerciale, développera les activités suivantes :

  • production maraîchère organique,
  • aquaponie,
  • vente de produits frais et transformés en circuits courts,
  • ateliers de sensibilisation, et conciergerie environnementale
  • valorisation des biodéchets organiques et des eaux grises des logements de l’îlot.

06, 04, 2018

Travaux d’élagage des platanes

06, 04, 2018|

Courant mars, les platanes de la Caserne Niel conservés dans le projet urbain ont été taillés pour préparer l’arrivée du printemps.

Ils sont maintenus en ‘têtes de chat’ selon les préconisations données par l’expertise du patrimoine arboré faite en 2014.

Les déchets produits par cette taille ont été broyés et stockés sur une plateforme dans la caserne pour générer du compost qui sera mûr lors des premières plantations sur la ZAC.

31, 03, 2018

Cours d’égalité à la récré – Interview d’Erik Giudice, Groupe Scolaire Hortense

31, 03, 2018|

Dans le cadre d’une étude sur l’égalité Filles-garçons dans les cours de récréation en métropole Bordelaise, Erik Giudice, Architecte du Groupe Scolaire Hortense, premier équipement public de l’EcoQuartier Bastide Niel, a été interviewer pour présenter son projet et sa conception de l’espace pour qu’il soit utilisé de manière utilitaire si possible.

Voir l’article sur France Culture

Ecouter le reportage de Sarah Petitbon dans une école de Bordeaux
mattis ante. elit. venenatis, pulvinar Praesent vulputate, ipsum